Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traversées des limbes, Jean-Christophe HeckersLe baiser de la mouche, Chris Simon/Le prix à payer, Patrice Salsa
Traversées des limbes, Jean-Christophe HeckersLe baiser de la mouche, Chris Simon/Le prix à payer, Patrice Salsa

Récit plus ou moins court (ou long) selon les époques et les lieux, et qui se caractérise souvent par la présence d’une seule situation, de peu de personnages (quelquefois un seul).
Pas de mots qui dépassent, pas de temps mort, une atmosphère unique (ce qui lui donne plus de poids), une tension du début à la fin, qui est souvent inattendue.
Une fiction qui aborde tous les genres.
Et pour ne pas entrer dans des querelles de chapelle et si vous voulez en savoir (un peu) plus, voici la définition de Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle
Petite question :
Est-ce que vous connaissez le lauréat du dernier prix Goncourt de la nouvelle ?

Moi, j’aime les nouvelles.
On les lit, on les aime, on doute, on s’interroge, on y revient, souvent, très souvent, on décortique, on déguste, on ne s’en lasse pas ; on découvre à chaque relecture quelque chose de nouveau, de la poésie, de la musique, des sensations nouvelles ; c’est comme un énorme paquet de bonbons qui n’a pas de fond et dans lequel on pioche à volonté, comme une galerie de peinture que l’on découvre, pas forcément dans l’ordre, avec ses couleurs, ses paysages, les odeurs qui s’en dégagent.

En voici trois, qui contiennent de véritables pépites (de gauche à droite sur la photo) :

Traversées des limbes, Jean-Christophe Heckers

Ebook et papier
Pour se procurer le livre

Quatrième (extrait) :
Voulais-je vraiment venir ? Je ne sais plus. Sans doute, sinon je ne serais pas ici. J’enlève mes gants, effleure la marche, me penche en avant pour mieux voir. Il n’y a rien hormis du gris et du blanc, un couloir un escalier.

Festina lente (extrait) :
« Un chasse-neige est passé tout à l’heure, je franchissais le col, seul, son conducteur m’a considéré comme un animal étrange, ralentissant quelques instants pour mieux me détailler avant de faire rugir le moteur. J’ai attendu longtemps que le silence revienne. Puis je me suis remis en marche. Prudent comme un loup, attentif au moindre crissement sous mes semelles. Le virage m’attendait plus bas ».

Des textes qui disent l’inconnu, la rencontre de l’autre, le virage que l’on prend, ou pas… J’ai particulièrement apprécié Presque Rien et Festina Lente. Une très belle plume pour ces quinze nouvelles parfois teintées d’un peu de fantastique. Un vrai régal.

Le baiser de la mouche, Chris Simon

Ebook et papier
Pour se procurer le livre

Quatrième (extrait) :
Laura embrasse un garçon aux cheveux blancs, fils de souris, et perd sa langue. Une étudiante est poursuivie à travers les rues de New York par une odeur tenace. Une mouche tombe amoureuse d’une touriste sur le Lac Atitl
Sous ce titre intriguant, un recueil de sept nouvelles fantastiques d’un auteur à l’imagination débordante, qui impose un univers et une écriture sensuels, abordant des thèmes aussi variés que le langage, la culpabilité, l’identité, la paranoïa et jonglant avec les genres : littérature de l’étrange et réalisme magique.
Une Alice au pays des merveilles qui se serait trompée de chemin.

Très beau recueil que ces nouvelles fantastiques qui vous entrainent dans un monde finalement pas si éloigné du notre, juste une petite porte à ouvrir, un bus, une barque, un fleuve, une odeur, un souffle. Une écriture qui coule au fil de l’eau, comme la barque dans Le baiser de la mouche. Je me suis régalée. Et si je devais faire un choix, Je recommanderais particulièrement Conscience de soi et Nature morte aux dorades.
Une écriture qui coule au fil de l’eau, comme la barque dans Le baiser de la mouche.

Le prix à payer, Patrice Salsa

Ebook et papier
Pour se procurer le livre

Quatrième :
Deux fois quatre récits, qui peuvent se lire indépendamment, mais qui forment aussi un tout, une progression, un portrait peut-être. Celui d’un homme qui, de texte en texte, n’est jamais tout à fait le même, ni vraiment complètement un autre.
Peut-on se souvenir autrement que dans le sentiment de la perte ?
Peut-on évoquer ce qui n’est plus sans la douleur de cette perte ?
Que faut-il abandonner d’hier, et à quoi faut-il renoncer demain, pour vivre, simplement ?
Et pour dire ma vie, quel est le prix à payer ?

De très beaux textes, une grande sensibilité. Des mots simples, une très belle écriture, pour dire la séparation, la disparition, la mort, l’absence. Devenir adulte aussi peut-être. J’ai un petit faible pour Le marron et l’orchidée, un texte magnifique. Un auteur à suivre, assurément.

Ne vous privez pas du plaisir de ces lectures !
Tag(s) : #ebook, #livres, #Chroniques livres, #ebookivore, #2015

Partager cet article

Repost 0