Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’aime mes voisins.
Vous partez en vacances, vous avez l’impression que des voitures tournent trop souvent près de chez vous, vous vous méfiez de tout et de tout le monde, en un mot vous êtes trouillards, nous avons la solution.Au « Pays de Vie et Boulogne », la capitale : Le Poiré sur Vie, est en train de se doter de cet outil. Pour information, cette ville d’environ 9 000 habitants ne peut appel qu’à deux policiers pour assurer sa sécurité. Rapidement, il s’agit de volontaires qui vont surveiller votre maison et votre boite aux lettres lorsque vous êtes absents. Sortes de vigiles citoyens, dans le respect de la loi (surveillance mais pas intrusion). Non pas que cette commune soit une zone de grande délinquance, mais on ne sait jamais, la preuve :

Maison cambriolée, elle témoigne, à lire ICI
Les expériences menées ont des conséquences positives : on parle à son voisin, il y a plus de convivialité, de solidarité, on se sent moins seul, on a moins peur. De quoi ? On n’en sait rien mais c’est important. Et on est content de parler à son voisin parce que y a belle lurette qu’on ne savait plus qu’on en avait.
Concept né en 2011, le département serait en pointe pour les résultats : baisse de 31 % des cambriolages sur les communes concernées (12) contre 23 % de baisse sur le département pendant les 7 premiers mois de l’année 2014.
La préfecture de Vendée ferait bien de s’en inspirer. A l’heure ou l’auteur publie, les chiffres concernant les effectifs (police (d’état) et police municipale) lui sont inconnus.
Entreprises, commerces, les voleurs ont tapé aux quatre coins de la ville.

Une expérience similaire est en cours en Indre et Loire en ce moment. Les journaux traitent le sujet dans la même période. Le Journal du Pays yonnais du 29 janvier 2014 et La Nouvelle République du 3 février 2014. Ce dernier précise par ailleurs qu’il n’est pas question pour les référents désignés de « faire des rondes », ni de « porter des armes ». Ouf !
La Nouvelle République - Edition Indre et Loire

Vendée numérique.
Honneur aux facteurs vendéens qui sont dorénavant équipés d’outils numériques pour obtenir la signature des destinataires de lettres ou objets. Fini le temps perdu à essayer de faire fonctionner votre bic qui ne fonctionne pas parce qu’il a froid. Fini le dépôt chez le voisin (tiens, il reparait celui-là) ou la gardienne de votre chronopost ou collissimo contre signature. Le facteur est tenu de vous le faire signer en « mains propres » ou à la personne que vous avez explicitement autorisée. Il parait que tout cela va faciliter sa tournée et votre vie. Tout est traçable. Ne pensez plus à lui préparer le petit café du matin, surtout quand il fait très froid. Il ne pourra pas justifier les 10 mn perdues dans sa tournée parce qu’il a passées avec vous.
Efficacité toujours. Adieu papillons. La police municipale de La Roche sur Yon est désormais équipée de boitiers électroniques qui transmettent illico les infractions constatées à l’agence de Rennes. Ce dispositif fait gagner du temps aux poseurs de prunes. Et plus de papillons soumis aux intempéries sous les essuie-glaces… Et on fait comment pour faire supprimer ses PV.

Nous avons tremblé mais tout va bien
Séisme de magnitude 3,8 :http://www.lejournaldupaysyonnais.fr/2015/01/30/le-petit-tremblement-de-terre-pres-de-bressuire-ressenti-en-vendee/

Jeunots ou Genöts
Décidément, il s’en passent des choses au Poiré sur Vie. La commune vient d’hériter de 1 228 694, 46 euros, legs d'une habitante qui vient de décéder. Mais, voilà, elle y a mis des conditions. Cet argent doit être destiné à aider les handicapés physiques et mentaux et… entretenir le patrimoine religieux. Casse-tête pour la municipalité. Un exemple : soutenir le Secours catholique qui aide les handicapés, les personnes au RSA, les chômeurs, etc. Faut-il recenser les handicapés et donner au prorata ?
Dommage pour les genôts et genôtes (nom des habitants du Poiré sur Vie) dont l’âge moyen est pour 64,3 % d’entre eux inférieur à 45 ans. Consolation : ils pourront au moins faire baptiser leurs enfants.

Tag(s) : #chroniques vendéennes

Partager cet article

Repost 0