Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vert, couleur rebelle ?

En cette fin du 21e siècle, les choses sur Terre avaient beaucoup changé, on avait commencé à manquer d'animaux et de plantes pour se nourrir, le sida, le chikungunya, Ebola, la vache folle ainsi que le virus H5N1 (en leur temps) provoquaient chaque années des millions de morts,

les hommes s'entredéchiraient, la haine était leur ressort, devenu nature première,

et pourtant il y avait de la place pour tout le monde puisque l'espèce humaine se raréfiait.

Le gouvernement avait alors pris une grave décision, une sage décision pour la survie de l'espèce humaine, tous les citoyens avaient été amenés à contribuer non seulement à leur propre survie mais aussi à celui de la terre, des lois avaient été promulguées, les hommes eurent le droit de chasser, de tuer, de se nourrir des insectes qu'ils trouvaient dans la terre, des pigeons de ville qu'ils pouvaient attraper sur les balcons, des chiens et des chats qui erraient dans la rue, il fut devenu interdit d'avoir des enfants, les citoyens qui contribuaient le plus à la survie de la planète marquaient des points et auraient peut être la chance d'être encore vivants pour la reproduction de l'humanité prochaine, celle qui viendrait après et qui ne manquerait de rien.

Les citoyens se réunissaient souvent et de longues discussions avaient lieu, il s'agissait de sauver la planète, l'humanité, il fallait toujours inventer une autre solution qui s'ajoutait aux précédentes, ils avaient invoqué la puissance divine qui avait fini par les entendre.

Le 29 février, soit la dernière année bissextile de la fin du 20e siècle, une volonté divine avait donc supprimé la couleur verte, et pour ce faire, avait eu le choix entre supprimer le soleil, le gaz carbonique ou l'eau.

le destin aurait pu supprimer la vie, mais il voulait s'amuser, voir comment les hommes pouvaient s'en sortir,

le soleil avait donc disparu, il avait été remplacé par un grand cercle autour de la terre avec des lampes qui envoyaient leur rayons, chauffaient la terre et restaient allumées en permanence,

mais ce soleil-là, il avait été décidé qu'il ne se coucherait jamais et donc qu'il ne se lèverait pas non plus. Il n'y avait plus de nuit, donc pas de photosynthèse et pas de chlorophylle.

Les hommes avait bien pensé à se laisser mourir tranquillement mais la mort ne venait pas, il fallait donc organiser la vie.

Les arbres et les plantes avaient fait place à une nouvelle flore qui n'avait rien à voir avec ce qui existait autrefois, les troncs portaient sur leurs branches des sortes de feuilles blanches, qui éblouissait les yeux. Dans les jardins, on pouvait voir des arbustes rouges et argent, qui ressemblaient aux rosiers d'autrefois, c'est très beau.

On avait gardé l'heure qui rythmait le quotidien, elle s'affichait partout dans les maisons, les rues, la terre continuait de tourner, la lune aussi, autour de la terre, il y avait encore des saisons, mais les paysages était différents, encore des marées, des surfeurs sur les vagues, même si la température ne souffrait plus autant d'amplitudes thermiques, la nécessité de se chauffer dans les maisons disparaissait, les hommes étaient moins malades, on n'avait plus besoin de technologie et de produits pour les soigner, les usines fermaient, mais il n'y avait pas de chômage puisque le travail n'existait plus.

Comme les hommes n'étaient plus très nombreux, ils ne se battaient plus pour un coin de terre, tout se partageait,

les usines marée-motrices et les éoliennes que le lobby des écologistes avaient fait installer le long des côtes étaient devenues inutiles, le problème de l'énergie était résolu,

la couche d'ozone ne souffrait pas du réchauffement climatique puisque les hommes ne produisaient plus de particules fines qui contribuaient à sa destruction,

on ne tuait plus les animaux pour fabriquer des vêtements en fourrure, on était autorisé voire encourager à les manger, la mode étant à l'accommodement de ces nouvelles denrées inutilisées jusque là. Des restaurants immenses voyaient le jour, on y mangeait gratuitement, il y avait même des cours de cuisine, les vignes n'avaient jamais donné si bon vin, même si la couleur du vin avait changé,

Il y avait eu des conséquences sur le plan culturel aussi, la littérature, le cinéma, et certaines étaient positives, par exemple, le livre de Stephen King, La ligne verte, n'existait plus, il avait disparu de nos bibliothèques, de fait, cela avait supprimé la peine de mort aux Etats unis, et le commerce des armes perdait son attrait.

Plus de vert-galant, plus de verts pâturages, plus de souris verte qui courrait dans l'herbe, plus de martiens, petits bonhommes verts que certains hommes disaient avoir vu sortir d'engins non identifiés.

Des escadrilles avaient été créées pour surveiller les conséquences des nouvelles mesures.

Jérôme pilotait un de ces oiseaux, dont l'ancêtre s'appelait hélicoptère, maniable à souhait et jamais en panne, qui se rechargeait automatiquement à la lumière périterrienne, c'est le gouvernement qui l'avait mis à sa disposition, il était fier de contribuer à la création de cette nouvelle humanité, qui ne connaitrait ni la faim, ni la haine, ni le froid, ni la maladie,

il avait été choisi très jeune, pour sa bonne santé et sa détermination,

il surveillait la planète, il fournissait des rapports à son supérieur sur le comportement des hommes, la température de l'eau, de l'air, le taux de carbone, etc...

L'objectif était d'atteindre l'équilibre requis par les lois afin de recommencer toute la vie sur terre, en évitant les évènements qui avaient failli conduire l'humanité à sa disparition...

Tag(s) : #Des fois j'écris..., #Mauvais genre, #Abécédaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :