Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cliquez sur la photo
Cliquez sur la photo

Le 27 octobre 2014, un lecteur a dit :
J'y pense encore. Un texte d'une rare qualité. 4 étoiles 3/4.

Cette nouvelle m’a fait forte impression. Son format, pas trop bref, permet à l’auteur de traiter son sujet sans le réduire à une esquisse sur quelques pages. Alors qu’en même temps, la longueur mesurée du texte, ainsi que le traitement et le style extrêmement sobres, m’ont emmené jusqu’au dernier mot au cours d’une lecture ininterrompue, effectuée en un clin d’œil, m’a-t-il semblé. Car j’ai été captivé par la justesse des observations et du ton adopté. Tous les personnages - divers et nécessaires - sont là, et sans fausse note. C’est du grand art, oui. Ce n’est (heureusement) ni une étude clinique, ni un doc journalistique un peu racoleur. On pourrait parler de tolérance? D’objectivité? C’est mieux, c’est plus… Comme la véritable élégance est celle qui ne se remarque pas, la vraie grande littérature est celle qui vous fait, en douceur, devenir partie prenante d’un texte. C’est rare. Ça vient de m’arriver.
Dans la foulée, si je puis dire, j’ai acheté, chargé, affiché et lu tout ce que j’ai pu trouver sur Amazon correspondant à Catherine Lang. Dommage qu’il y ait si peu de titres.

Le livre sur Amazon

Le livre sur Kobo

Chroniques de Kevin MARTIN, un homme sans histoire

Excellent livre, 15 juillet 2014

Naniloup Ce livre est court mais intense. La psychologie du violeur et de la fillette sont parfaitement analysés et très justes. Le sujet m'intéresse et les avis des autres lecteurs ont fini de me convaincre. Je l'ai acheté et n'ai pas été déçue.

Lire la suite en cliquant sur le lien

Une nouvelle brillante et terrifiante, 28 juin 2014

Damien Personnaz Il passe partout, Kevin, tel est son véritable atout pour commettre ses horribles méfaits. Mais il est aussi calculateur, banal à en bailler, torve. Son intelligence grise est au service de son vice. En lisant cette nouvelle, on oscille entre jubilation -- le style est fluide, très efficace, bien maîtrisé -- et horreur parce que c'est le sujet qui veut cela. Et puis, c'est une histoire qui reste dans la tête, le lendemain ou le jour d'après. Et j'en frissonne encore (et je donne rarement cinq étoiles, comme ici, parce que c'est rarement parfait).

Lire la suite en cliquant sur le lien

Commentaire d'un lecteur du 25 juin 2014

L'auteure maîtrise ses mots et dérange. Le style y est efficace, réaliste et terriblement cru. Pas de morale, de leçon, de cours de psycho ou autre...

Lire la suite en cliquant sur le lien

Terrifiant et pourtant si ordinaire, 11 juin 2014

La première chose à dire, c'est féliciter l'auteur pour sa qualité d'écriture indéniable.
En ce qui concerne l'histoire et sans vouloir dévoiler le contenu de ce livre, l'auteur nous permet de pénétrer dans les pensées intimes d'un type ordinaire en surface mais qui est profondément malade.
Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort a-t'on coutume de dire. Méfions-nous des centaines de Kevin Martin. Plus ils sont proches de nous et moins on y fait attention.
Je recommande cette lecture vivement.

Lire la suite en cliquant sur ce lien

Par Lewis : Terrible, banalement terrible, 3 mai 2014

Sur un sujet à priori très « casse-gueule », ce court récit réussit l’exploit d’être à la fois complètement prenant et tout à fait glaçant. Ni réquisitoire, ni plaidoyer, dans un style totalement maîtrisé...

Lire la suite en cliquant sur le lien

LIRE TOUS LES COMMENTAIRES SUR AMAZON

Chronique de Chris Simon sur Goodreads

Chris Simon rated it 5 of 5 stars J'ai beaucoup aimé cette histoire. L'écriture est précise avec une pointe d'ironie et de cruauté nécessaire au tabou dont elle traite...

Lire la suite en suivant le lien et lire d'autres commentaire sur Goodreads

Chronique réalisée par Françoise NORE sur son blog
"Kevin Martin est un homme ordinaire, avec une vie banale ; la description de son quotidien le montre clairement.
Comment, alors, bâtir une histoire avec un personnage a priori aussi peu intéressant ?
C'est là qu'entre en jeu le travail de l'écrivain, un travail que nous n'hésiterons pas à qualifier d'achevé.
Car ce roman est - ce qui est rare - une œuvre véritable et construite,..."

Lire la suite sur le blog de Françoise Nore

Tag(s) : #Mes livres, #Chroniques livres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :